01 76 50 22 23
Estimer
Contactez‑nous
Reconfinement : ce qui est possible pour vendre quand même --> 01 76 50 22 23 ou contact@oprixfixe.fr

    Aux côtés de la taxe d'habitation, les charges de copropriété figurent en bonne place des dépenses imprévues : celles qu'on oublie de prendre en compte dans son budget, alors qu'elles sont loin d'être négligeables. Pour se plonger dans l'actualité immobilière 2018, petit tour d'horizon du montant des charges aujourd'hui en Île-de-France.

    Avant tout, à quoi correspondent-elles ? Les charges de copropriété sont les dépenses d'entretien et de conservation des espaces communs que se partagent les copropriétaires d'un immeuble ou d'une résidence. Le montant des charges est généralement indexé sur la surface des biens... Et la facture peut vite devenir salée.

    Le savez-vous que pour la signature de la promesse de vente il vous fera demander un prêt état daté à votre copropriété ?

    Région parisienne : recordman de France des charges de copropriété

    Sans surprise, au jeu du prix moyen des charges au mètre carré, la région parisienne tient en France le haut du pavé. Pour donner un exemple, les charges de copropriété sont en moyenne deux fois plus élevée à Paris qu'à Nantes ou à Toulouse. Et la tendance n'est pas près de s'inverser.

    Les copropriétaires intra-muros parisiens paient en moyenne 1992 € de charges chaque année ! Pour un prix moyen de 40 € prix par m², qui là aussi, cache certaines disparités : la facture monte à 47 € dans le 16ᵉ arrondissement contre 38 € dans le 19ᵉ.

    Des Hauts-de-Seine à la grande couronne : des écarts très significatifs

    Hors Paris, selon la commune et le département, les charges de copropriété varient du simple au double. Sans surprise, c'est dans les Hauts-de-Seine que l'on retrouve les prix les plus élevés. 46 € par m² et par an à Neuilly-sur-Seine, 41 € à Châtenay-Malabry, 39 € à Courbevoie aux abords de La Défense. Au jeu des départements, c'est à la Seine-et-Marne que revient la palme du département le meilleur marché.

    Si l'on se penche sur une carte immobilière, on remarque que les charges de copropriété baissent à mesure que l'on s'éloigne de Paris. Elles plafonnent en grande couronne : 26 € le m² à Villeneuve-le-Roi et Corbeil-Essonnes, 23 € le m² à Pontault-Combault. Alors que les villes limitrophes voient les prix grimper : 39 € le m² à Pantin et jusqu'à 41 € à Bagnolet. Soit un prix moyen plus élevé que dans le troisième arrondissement de Paris.

    Attention aux surprises

    Car la carte des charges immobilières ne recoupe pas exactement celles du prix des biens. Un quartier chic peut très bien revenir moins cher en charges qu'un quartier plus modeste, pour un immeuble similaire. Beaucoup de données rentrent en effet en ligne de compte. Parmi les principales, le degré de vétusté du parc immobilier et la présence ou non d'un chauffage collectif. Ainsi les zones résidentielles aisées de Seine-et-Marne bénéficiant d'immeubles neufs au chauffage individuel sont moins dispendieuses en charges de copropriété que des villes comme Pantin, aux immeubles datant des années 50 ou 60, dans lesquels le chauffage collectif est la norme...

    Avant de procéder à un achat immobilier, renseignez-vous donc attentivement sur les charges de copropriété, qui peuvent évoluer très substantiellement d'une année sur l'autre ! Et n'oubliez pas cette ligne dans votre budget prévisionnel, aux côtés des mensualités de remboursement. Suivez leur évolution : cela vous permettra de faire le bon choix.

    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram