01 76 50 22 23
Estimer
Contactez‑nous
Reconfinement : ce qui est possible pour vendre quand même --> 01 76 50 22 23 ou contact@oprixfixe.fr

    Avec les incertitudes liées au Brexit, Paris devance désormais Londres dans le portefeuille immobilier des investisseurs étrangers. C'est ce qu'établit l'étude Immostat CBRE publiée pour le dernier trimestre. Jusqu'ici « Poulidor » de l'immobilier, Paris porte désormais le maillot jaune, laissant Londres sur la deuxième marche du podium. Les investisseurs étrangers considèrent en effet la capitale de la France comme la ville la plus attractive en Europe et dans le monde, devant Londres, New-York ou Singapour.

    Paris en tête des villes les plus attractives

    Selon l'étude Immostat CBRE, la masse des investissements immobiliers étrangers réalisés au 3ᵉ trimestre 2019 a augmenté de 44 % depuis un an. Sur 2019, elle s'est accrue de 16 % par rapport à la fin 2018. La France regagne le cœur des investisseurs étrangers, et particulièrement sa capitale.

    La hausse des prix à Paris ne rebute pas les investisseurs étrangers. Au premier rang d'entre eux, on n'est pas étonné de trouver les Asiatiques, avec 17,5 % des capitaux étrangers investis. Les Sud-Coréens, notamment, ont réalisé des acquisitions importantes, pour plus de 4 milliards d'euros, à Paris ou en Île-de-France en 2019 :

    • Immeuble Crystal park à Neuilly-sur-Seine (691 M€).

    Également gourmands de l'immobilier parisien, les Singapouriens ne sont pas en reste. Le fonds souverain GIC a notamment acquis la Tour Ariane à La Défense pour près de 465 millions d'euros.

    Londres destituée, l'Europe contrastée

    Londres n'est plus chérie des investisseurs étrangers. Au 3ᵉ trimestre 2019, la capitale britannique a perdu sa première place au classement des villes les plus attractives au monde pour les investisseurs étrangers. Il faut dire que les tergiversations dans les négociations du Brexit font peser de lourdes incertitudes sur le marché de l'immobilier. De fait, les investissements étrangers dans l'immobilier britannique ont cédé le pas, avec une perte de 29 % sur un an et même 33 % sur 2019.

    Cette situation entache le marché européen de l'immobilier tertiaire, qui recule de 14 % sur un an, avec seulement 192 milliards d'euros des capitaux étrangers investis en 2019. Mais la faute en revient aussi à l'Allemagne, où la hausse des prix s'accompagne d'un ralentissement du marché.

    En revanche, des pays comme la Suède, l'Italie ou l'Irlande voient la masse des investissements étrangers augmenter et les perspectives de leur marché s'améliorer, selon l'étude CBRE.

    Globalement, les capitaux étrangers investissent dans l'immobilier concernent principalement l'immobilier de bureaux. Mais selon l'étude Immostat CBRE, les investisseurs étrangers institutionnels tendraient à s'intéresser aussi à l'immobilier résidentiel. Celui-ci se place, sur les 3 premiers trimestres de 2019, au 2ᵉ rang des investissements immobiliers étrangers. Avec le développement du commerce électronique, ils se positionnent aussi sur les entrepôts XXL, l'immobilier logistique arrivant en 3ᵉ position.

    Des perspectives françaises favorables

    Si la baisse de forme des voisins britanniques et allemands reporte les capitaux étrangers vers la France, la bonne forme des prix au m2 français contribue aussi à ce regain d'intérêt des investisseurs étrangers : importance des liquidités.

    L'immobilier français devrait attirer encore quelque temps les investisseurs étrangers, d'autant que le Brexit a été reporté une énième fois.

    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram